Le volume de donnée client produit chaque année est en constante augmentation. Cette augmentation chronique des données émises permet aux entreprises de toujours mieux connaître les clients et ainsi de leur proposer des parcours toujours plus adaptés, des offres personnalisées, mais également (et de plus en plus) de se mettre en conformité avec les différentes réglementations.

Effectivement, la connaissance client relève d’aspects réglementaires, en plus de la dimension marketing relationnel.

 

Le règlement général de la protection des données (bien connu sous le nom de RGPD) impose aux entreprises traitant des données personnelles sur les clients et prospects de disposer de data les plus actualisées possibles (article 5D du RGPD).

 

S’ajoute à cela la réglementation du KYC (Know your customer), une législation des verticales de l’assurance et de la banque, obligeant les entreprises à vérifier les données lors de la saisie, afin d’éviter les fraudes (blanchiment d’argent, usurpation d’identité…). Depuis 2009, les amendes relatives à la lutte contre la fraude et le blanchiment s’élèvent à 372 milliards de dollars, dont 145 milliards pour les banques européennes. En 2018, le montant s’est élevé à 27 milliards de dollars.

 

Cette technologie, bien qu’appliquée principalement aux mondes de l’assurance et de la banque, commence à émerger dans d’autres secteurs : e-commerce, automobile, immobilier, là aussi pour augmenter la connaissance client tout en s’assurant la validation des données saisies.

 

Ainsi, deux disciplines complètement différentes nécessitent le même besoin. D’un côté le marketing relationnel et sa quête permanente de la connaissance du client, et de l’autre les régulations, exhortant les entreprises à vérifier les données de contact en bases (besoin curatif) mais également les données entrantes (besoin préventif) !

 

La question est donc la suivante : quelle technologie, quelle solution pour permettre aux entreprises de

  • Vérifier l’identité des contacts directement lors de la saisie de données (valider les informations en temps réel pour être en conformité KYC),
  • Augmenter les données en les enrichissant si possible via d’autres bases de données partenaires (améliorer la connaissance client pour proposer des parcours cohérents),
  • Effectuer ces traitements sans jamais sortir les données en clair du système d’information (être en conformité avec le RGPD).

 

 

La technologie Hubbi de rapprochement de données est innovante pour plusieurs raisons.

 

Premièrement, la technologie KYC Hubbi (Know your customer) permet de vérifier des données via de multiples bases partenaires, avec plusieurs niveaux de fiabilité. Les informations saisies sur les points de collecte de données sont comparées en temps réel parmi des millions d’autres données clients. Mais pas n’importe comment !

 

C’est ici que la technologie Hubbi innove. En effet, le KYC et le RGPD ne doivent pas rentrer en conflit; explications :

  • La technologie Hubbi permet de transformer les données saisies par l’utilisateur sur les points de collecte en signatures. Ainsi, les données signées vont être comparées à d’autres signatures pour la validation de l’identité, et vont également pouvoir être enrichies.
  • En effet, il est interdit de sortir les données en clair de votre système d’information client sans l’accord explicite de l’utilisateur / client / prospect.

 

Le KYC Hubbi permet donc de valider les données via un système de rapprochement par signatures (les données sont transformées en caractères alpha numériques).

 

Use case KYC :

Une entreprise met sur son point de collecte de données (un formulaire web par exemple) le webservice KYC Hubbi. Lors de l’inscription d’un utilisateur sur sa plateforme, les données sont d’abord transformées en signatures.

 

La technologie KYC va ensuite comparer les données avec les autres bases de données partenaires Hubbi. Chaque base possède son propre niveau de fiabilité des données en fonction de l’activité (référentiel officiel, jeux concours, données opérateurs…). Si les données saisies sont présentes dans plusieurs bases de données partenaires, la base avec le plus haut taux de fiabilité sera utilisée pour le rapprochement. En cas de mauvaise saisie par l’utilisateur (erreur de frappe, ponctuation en trop, donnée manquante), les données peuvent être restructurées et normalisées ou encore enrichies, dans l’intérêt commun de l’entreprise et de l’utilisateur ayant saisi les data.

 

Ainsi, l’entreprise utilisant le KYC Hubbi certifie la bonne identité de l’utilisateur entrant, mais permet également de comparer les données tout en restant conforme au RGPD, et ceci en améliorant la connaissance du client en enrichissant les données saisies.

Form is deprecated, please contact the webmaster to upgrade this form.